Foire aux questions – Comment identifier les nouvelles tendances sur le marché, par Ghazal Hamid

Juil 2019

Ghazal Hamid est le directeur de la souscription et il est impliqué dans la croissance et le développement du Groupe d’Assurances South Western depuis 2002. Ghazal a une forte connaissance en responsabilité civile commerciale et en biens commerciaux, il a un rôle crucial dans le développement et l’exécution des stratégies corporatives et régionales du Groupe d’Assurances South Western. En plus, il se concentre sur les relations avec les courtiers et les compagnies tout en s’occupant de la croissance des lignes d’affaires en biens commerciaux et en responsabilité civile commerciale. Nous avons mené une entrevue avec Hamid après son retour d’un voyage récent à Londres. Dans cette entrevue, il passe en revue les derniers six mois du comment Lloyd’s de Londres a changé, ce qui se passe dans le marché local et comment le Groupe South Western identifie les tendances du marché.

Qu’est-ce qui a changé dans le monde de l’assurance dans les six derniers mois?

“Ce fut un six mois intéressant. Pour les quinze dernières années, approximativement, nous avons eu un marché mou. Maintenant, il semble que le marché connait un durcissement, en commençant par Lloyd’s de Londres. Alors que Lloyd’s continue à resserrer ses critères, certains segments et industries deviennent plus difficiles à placer au marché.”

Jusqu’à maintenant, comment ces changements à Londres ont affecté le Groupe South Western?

“Comme nous avons de très bonnes relations avec Lloyd’s et certains assureurs locaux vitaux, nous avons été capables de réévaluer ces secteurs et de les replacer avec le support des assureurs locaux. Ceci nous a permis de rééquilibrer notre portefeuille tout en maintenant notre bonne position sur le marché.”

Comment les analyses ultérieures et les tendances du marché ont influencé votre processus décisionnel

“En tant que grossiste, nous devons aussi offrir les classes de risques que les courtiers obtiennent par cycles, et nous devons écrire ces risques avec une profitabilité. Alors, nous avons développé des paramètres qui en feront un succès selon nous, avec une tarification qui va les rendre profitables. C’est la raison d’être des marchés spécialisés – nous offrons des termes spéciaux et des produits spéciaux. L’analyse est importante car elle nous aide à rendre les jugements les plus éclairés à propos de certaines classes de risques qui ont plus de durabilité versus le va-et-vient des forces du marché.”

Quelle est la plus forte tendance que vous voyez apparaître dans l’industrie de l’assurance?

“L’automatisation sera la clé de l’industrie de l’assurance alors que nos clients deviennent de plus en plus friands de technologie. Faciliter les interfaces de programmation, les portails ou la connectivité vers plusieurs produits va signifier que nous pourrons mieux desservir la croissance des points de distribution des courtiers à la fine pointe de la technologie. L’automatisation permet aussi la facilité à obtenir des soumissions et vendre le risque – alors, tout le monde y gagne.”

Comment le Groupe South Western a-t-il répondu au besoin d’automatisation?

“Afin que nous puissions grandir et être prêts pour les six prochains mois et plus, nous mettons tous les efforts pour construire une infrastructure qui sera capable d’offrir un accès digital pour notre centre de distribution. Ceci sera créé pour aider notre centre de distribution à faire ce qu’ils font avec plus d’efficacité et en moins de temps, tout en laissant moins de place aux erreurs et aux saisies en double. Toute cette nouvelle infrastructure sera faite sur mesure pour les besoins de nous courtiers émergents.”

Quel avantage est-ce que le Groupe South Western apporte au marché difficile actuel?

“Nous avons construit un partenariat très solide avec Lloyd’s au cours des dernières décennies et nous avons été un des premiers grossistes à obtenir le statut d’émetteur de Lloyd’s. Aussi, nous avons de très bonnes relations avec les marchés locaux ce qui nous permet de balancer les hauts et les bas entre l’appétit de Lloyd’s et celui des assureurs locaux.” “Notre objectif a toujours été de rencontrer les besoins des courtiers. Il y a cinq ans, notre philosophie est passée d’un point de vue de vente en gros à celle de la souscription pour subvenir à ces besoins. Alors, nous avons fait beaucoup de souscription nous-mêmes. Ceci nous a donné un avantage sur le marché alors que nous contrôlons nos paramètres et nos primes d’une façon qui est dans les meilleurs intérêts de nos clients.”